Présentation
Le développement de cursus universitaires conjoints est un enjeu stratégique de la coopération bilatérale entre la France et la Grèce. 8 masters conjoints sont opérationnels l’année universitaire 2015-2016, Masters se caractérisant par la gratuité des droits de scolarité, un nombre limité d'étudiants, un enseignement essentiellement en français et une mobilité enseignante et étudiante.
Leur mise en œuvre de ces programmes a bénéficié du soutien actif du Ministère Hellénique de l'Education Nationale et des Cultes, ainsi que des Ministères Français de l'Éducation Nationale et des Affaires Étrangères. Innovants en matière d'ingénierie académique avec des universités étrangères, ils confirment la volonté d'ouverture des universités grecques, notamment dans l'espace européen de l'enseignement supérieur.
Le cadre législatif qui régisse aujourd'hui l’organisation des études universitaires en Grèce permet aux universités helléniques de collaborer avec des établissements étrangers, de même statut et reconnus sur le plan national, en vue de l'organisation et de la mise en œuvre de masters conjoints. Pour les masters conjoints, une convention entre les établissements partenaires est élaborée. Y figurent notamment, l'objet de la formation et, selon les cas, le domaine scientifique, les sources de financement, les droits et obligations des participants, la mobilité des enseignants et des étudiants, la délivrance d'un diplôme unique ou propre à chaque établissement, le format du diplôme, la langue ou les langues d'enseignement et tout autre sujet qui s'avèrerait indispensable au vu du cadre juridique en vigueur qui régit les études de chaque pays partenaire.
En même temps, ce cadre est en cela doublement novateur, puisqu’il permet également la collaboration entre universités grecques et étrangères pour les thèses de doctorat, en précisant les procédures. Plusieurs universités helléniques ainsi que la quasi-totalité des celles qui ont pris l’initiative de la création des masters conjoints ont tiré parti de cette possibilité et les premiers étudiants ont déjà soutenu leur thèse en cotutelle.
Les masters conjoints franco-helléniques, malgré leurs particularités, -les uns plus novateurs que les autres, les uns ciblés davantage sur la demande des étudiants grecs et les autres sur l'ouverture régionale voire internationale, l'utilisation exclusive du français comme langue d'enseignement ou conjointement avec l'anglais et/ou le grec, une mobilité des étudiants obligatoire ou facultative, les uns davantage orientés vers la recherche et les autres vers la professionnalisation-, ont beaucoup de points communs: ce sont des formations de haut niveau, qui délivrent des diplômes communs reconnus par les deux pays, nécessitant une mobilité enseignante et/ou étudiante et sont généralement l'aboutissement d'une longue coopération antérieure entre enseignants grecs et français. Ces formations ouvrent de nouvelles perspectives de coopération (comme les programmes communs de recherche et les cotutelles de thèses), s'appuient sur une mutualisation des réseaux de coopération, permettent des économies d'échelle et des synergies, donnent aux étudiants qui les suivent la possibilité de bénéficier de l'expérience acquise par les équipes d'enseignants partenaires et constituent ainsi un exemple tangible de l'ouverture des Universités helléniques. Professeur Byron Kotzamanis, Coordinateur du réseau des masters conjoints franco-helléniques.
 
Professeur Byron Kotzamanis,
Coordinateur du réseau des masters conjoints franco-helléniques
Site crée avec le soutien de l Ambassade de France en Grèce
© Laboratoire d' Analyses Démographiques et Sociales - Université Thessalie